On entend beaucoup de personnes dire qu’elles veulent arrêter de fumer sans rien, d’un coup … Nous, au Déclic Anti Clope, nous pensons que ce n’est pas forcément la bonne méthode. Arrêter de fumer, ce n’est pas uniquement une dépendance physique, c’est aussi une dépendance comportementale et psychologique : la cigarette fait partie de votre vie, de vos habitudes et elle est souvent votre béquille dans des moments de stress et de mal-être. Alors croyez-nous, si vous pouvez éviter, pendant cette révolution qu’est l’arrêt du tabac, de vous sentir en manque de nicotine, ce sera beaucoup mieux ! Convaincus ? Génial ! Reste maintenant à savoir comment arrêter de fumer avec des patchs. On vous explique 🙂

 

Étape 1 : Vérifiez que vous en avez besoin

Eh oui. Vous n’êtes pas tous dépendants à la nicotine. Alors avant de foncer chez votre pharmacien, relisez notre article : Patch anti tabac : un passage obligé ? et faîtes le test de Fagerström à la fin.

 

Étape 2 : Trouvez votre dosage de départ

La plupart des prescripteurs de substituts nicotiniques (tabacologues, médecins généralistes et spécialistes, médecins du travail, chirurgiens-dentistes, infirmiers, sage-femmes, masseurs kinésithérapeutes) et les pharmaciens partent du principe qu’une cigarette équivaut à 1mg.

Donc sans être trop calés en maths, on peut en déduire que si vous fumez :

  • 20 cigarettes par jour, il faut que vous commenciez par un patch à 21mg,
  • 10 cigarettes par jour, il faut que vous commenciez par un patch à 14mg,
  • 5 cigarettes par jour, il faut que vous commenciez par un patch à 7 mg.

 

Si vous êtes entre deux dosages, prenez celui du dessus.

Notez qu’il vaut toujours mieux commencer trop haut que trop bas. Parfois, on tire fort sur sa cigarette et on ne s’en rend pas forcément compte. Si c’est le cas, cela veut dire que vous prenez plus de la nicotine que la “normale”. Rien de grave, c’est juste que votre cerveau prend la dose dont il a besoin. Mais pour mettre toutes les chances de votre côté, n’hésitez donc pas, à prendre la dose du dessus, quitte à baisser si vous ressentez les effets du surdosage.

 

Si le dosage à 21 mg vous parait réellement trop léger compte tenu de votre consommation actuelle de cigarettes, sachez qu’il est possible de mettre 2 patchs. Demandez l’avis d’un professionnel.

 

Étape 3 : Adaptez votre dosage

Au bout de quelques jours, faites le point.

 

Vous avez toujours envie de fumer ? Vous êtes ultra tendu(e) ? Vous vous êtes transformé(e) en glouton(ne) ?  → Vous ne prenez pas assez de nicotine.

Cela peut s’expliquer par la façon dont vous fumiez. Si vous tiriez fort sur vos cigarettes alors vous preniez plus de nicotine que la moyenne. Complétez par des pastilles, des gommes ou un pschitt de spray lorsque le manque se fera trop intense. Comme nous le disions au-dessus, vous pouvez aussi envisager de mettre 2 patchs.

 

Vous avez mal au cœur, la tête qui tourne ? → Vous prenez trop de nicotine.

Passez au dosage inférieur et si vous commencez à ressentir les effets décrits ci-dessus alors complétez par des pastilles, des gommes ou un pschitt de spray lorsque le manque se fera trop intense.

 

Si vous ne vous sentez pas de dormir sans patch alors gardez-le et analysez au bout de quelques jours : si vous commencez à avoir des nuits agitées, c’est que le patch vous “excite” trop. Enlevez-le et le petit shoot que vous aurez le matin en mettant votre nouveau patch n’en sera que meilleur 🙂

 

Étape 4 – Ne vous pressez pas trop

Beaucoup de fumeurs qui arrêtent la cigarette rechutent car ils ont arrêté les patchs trop tôt. En général, on recommande de rester 1 mois à chaque palier mais si vous ne le sentez pas, restez à votre dosage.

On ne le dira jamais assez : la nicotine vous rend addict mais ce n’est pas elle qui est nocive. La priorité ultime est d’arrêter la cigarette !

Une fois fait, prenez le temps de réduire à votre rythme le dosage de nicotine de vos patchs. Et si vous vous rendez compte que vous n’êtes pas bien au niveau du dessous, repassez à celui du dessus. Tout simplement !

 

Étape 5 – Ne vous stressez pas avec le prix

Oui malheureusement les substituts nicotiniques ne sont pas (encore ?) remboursés à 100% par la sécurité sociale … Pour l’instant votre CPAM prendra à sa charge 150 EUR par an si vous lui envoyez une ordonnance comportant exclusivement des substituts nicotiniques.

Ce n’est pas beaucoup mais regardez votre contrat de mutuelle : de plus en plus de caisses remboursent une partie des traitements de sevrage tabagique.

Et puis dites donc, vous vous l’êtes payé combien de temps votre paquet à 7 EUR ? Vous pouvez bien continuer à sortir cet argent un petit peu non ? 🙂