Oui oui on ne va pas vous mentir, arrêter de fumer ne va pas se faire du jour au lendemain et oui … vous risquez de morfler … un peu ! Le secret, comme pour toute action que vous engagez, c’est la PRE-PA-RA-TION. Et encore plus dans le cadre de l’arrêt du tabac que nulle part ailleurs, c’est primordial. Alors voilà nos 6 petits trucs pour arrêter de fumer facilement :

 

N°1 – Se créer de nouveaux réflexes

Toutes les cigarettes ne se valent pas. Vous fumez tantôt quand vous êtes stressé(e), tantôt quand vous vous ennuyez, tantôt parce que vous en avez besoin (la bonne cigarette du matin pour les vrais de vrais) … Mais vous fumez aussi machinalement, par réflexe ou par habitude. Ces cigarettes là sont les plus faciles à supprimer et nous, ce que l’on vous conseille, c’est de vous en servir pour initier votre travail de “switch” : remplacer une cigarette par une autre activité.

Voilà la marche à suivre. D’abord, identifiez ces cigarettes “habitude”. Ensuite, le moment venu, au lieu d’allumer votre cigarette, faîtes autre chose. Quelque chose qui vous occupera pendant le temps que vous auriez mis à fumer (minimum 3mn). Par exemple, remettez-vous du rouge à lèvres, allez boire un café, allez voir votre copine Rose au 2e pour lui raconter ce truc de fou qui s’est passé hier soir quand vous étiez en train de boire un petit verre avec Pierre … Bref. À vous de trouver 🙂

Au bout d’un certain temps vous vous serez naturellement créé de nouveaux réflexes et il sera beaucoup plus simple pour vous d’affronter l’absence des autres cigarettes : la cigarette besoin du matin, la cigarette stress du boulot ou bien encore la cigarette plaisir de l’apéro.

 

N°2 – Se confectionner une “Craquage Box”

Vous le savez que vous dépensez une fortune en cigarettes. Imaginez ce que vous allez économiser une fois que vous aurez arrêté ! Notre conseil : ressortez votre belle tirelire ou fabriquez-en une. Et, tous les jours, mettez-y l’argent économisé sans fumer. Vous pourrez piocher dedans quand vous voudrez pour vous faire un petit plaisir ou, si vous savez résister à la tentation, un très gros 😉

 

N°3 – Se dégoter un coach

Vous avez forcément un ami qui a arrêté de fumer. Prévenez-le de votre grande décision et demandez-lui d’être présent le moment venu. Vous verrez, il sera ravi. Bon évidemment, tâchez d’appeler un ancien fumeur “cool”, pas le donneur de leçon qui a oublié ce par quoi il est passé et qui vous accablera si jamais vous craquez. C’est bon, vous l’avez ? Bon, cet ami “cool”, on vous le garantit, se fera un plaisir de vous motiver, de vous épauler, de vous conseiller. D’abord parce que lui aussi aurait aimé avoir un ami “cool” à l’époque, parce qu’il se souvient de ce qu’il a enduré et surtout parce qu’il sait que c’est possible de vaincre cette saleté, il l’a fait !

 

N°4 – Ne rien faire d’autre que d’arrêter de fumer

Mettez toutes les chances de votre côté et restez focalisé(e) sur cet unique objectif. Donc ne prévoyez aucun changement de vie perturbant pendant les premiers mois de l’arrêt, voire si vous le pouvez, la première année. Pas d’exam, pas de changement de ville, pas de changement de job et, surtout, pas de régime ! Il suffira de faire attention et d’y aller molo sur les cacahuètes. Vous prendrez un tout petit peu de poids oui, sauf si vous vous nourrissez de fanes de carottes et que vous courez 1h tous les jours … Mais est-ce que 3kg sont vraiment si catastrophiques ?

 

N°5 – Se trouver un hobby chronophage

Un hobby qui, si possible, vous demande l’utilisation de vos mains. Parce que lorsqu’on arrête de fumer, bizarrement, on se demande ce qu’on va en faire de celles-là (quand on attend quelqu’un, quand on est devant un film, quand on boit un verre, quand on téléphone, quand on s’ennuie … tout le temps quoi). Si vous vous mettez au tricot par exemple vous aurez toujours vos aiguilles pour utiliser vos mains. Autre option moins clivante (parce qu’on n’a pas forcément envie de se justifier sans cesse sur son amour du tricot) : Candy Crush. Cf le point précédent “on ne peut pas tout faire en même temps”. Nous, on dit que, pour faire le vide dans son cerveau, ça peut presque être plus efficace que la méditation !

 

N°6 – Chouchouter son cerveau

Celui qui va vivre un calvaire, c’est votre cerveau. Imaginez. Actuellement il est shooté à la nicotine et régulièrement vous lui faites un petit refill. Il a juste à demander et vous vous exécutez dans les 5mn. Quand vous arrêterez de fumer, toute trace de nicotine disparaîtra de votre corps au bout de 24h. C’est si brutal … Pauvre petit cerveau ! Du jour au lendemain, comme ça, d’un coup, vous allez le priver de son doudou. Il ne va rien comprendre et pendant un certain temps, mettez-vous à sa place, il va continuer à vous réclamer sa dose ! Houston do you copy ?!

La bonne nouvelle, c’est que les récepteurs nicotiniques sont situés sur la zone “plaisir” de votre cerveau. Moralité pour le calmer, il vous suffira de lui trouver un autre petit plaisir à se mettre sous la dent : un carré de chocolat, une petite séance de gainage pour vite faire arriver les endorphines, une partie de sport sous la couette. Ce que vous voulez ! Mais s’il vous plaît, ayez pitié de lui … Rassasiez-le et il vous laissera tranquille 😉

 

 

Alors on la commence quand cette préparation ?!