Beaucoup d’entre vous : fumeurs ou anciens fumeurs, ont partagé avec nous cette crainte ou cette préoccupation. Arrêter de fumer des cigarettes est aussi souvent synonyme de la fin des joints … Et oui : parce que si l’on remet du tabac dans son joint, alors on reprend de la nicotine et donc on risque de retomber dans la dépendance … Dilemme.

Alors certains se mettent à fumer des joints purs … mais pas longtemps 🙂 Il y a une différence en terme d’effets entre un whisky coca et un demi de whisky ! Et les autres tirent tout simplement un trait sur ce plaisir. Ce qui accroit le sentiment de nostalgie des plaisirs passés, malheureusement responsable de beaucoup de rechutes.

Comme nous n’aimons pas vous voir souffrir, nous avons fait nos recherches. Nous nous sommes renseignés et figurez-vous que l’Agence Régionale de Santé à Paris nous a donné une très bonne nouvelle : oui il est possible de fumer un joint lorsque l’on arrête de fumer. Il suffit de remplacer le tabac par des plantes ! C’est beau non ?!

 

Le pouvoir des fleurs 

La plante que l’on nous a recommandé est la sauge. On peut la trouver très facilement. Mais après, tout est question de goût !

D’autres plantes en vente chez les fleuristes peuvent aussi être utilisées. Nous sommes allés faire un tour sur le Guide du Zonard qui a pris soin de tester une grande quantité d’espèces. Il décrit aussi les effets, les goûts … ce qui peut être utile 😉

Parmi les plantes citées nous retiendrons : les feuilles de fraisier, la verveine, le tussilage, l’eucalyptus, la barbe de maïs séchée, la rose. Nous rajoutons la feuille de bananier, beaucoup fumée en Guadeloupe, les feuilles de tilleul et la passiflore.

 

Attention tout de même !

D’abord, ne prenez pas n’importe quelles fleurs ou plantes. Certaines peuvent être très toxiques. Comme la noix de muscade par exemple. Pas de blague, renseignez-vous !

Ensuite, fumer (quoi que ce soit) reste dangereux pour la santé. En effet la combustion est très toxique puisque c’est elle qui génère :

  • du monoxyde de carbone : en cause dans le développement des maladies cardiovasculaires
  • des goudrons : en cause dans le développement des cancers du poumon

 

L’idéal reste donc de tout arrêter. 

 

Dernier point, il nous semble important de préciser que nous ne faisons en aucun cas l’apologie des drogues. Nous nous permettons simplement d’informer les personnes concernées par ce sujet et encourageons tout le monde à mener une vie saine 😉