fbpx

Dans Témoignages

[Témoignage] Arrêter de fumer est une course de fond.

Arrêter de fumer est une course de fond

Je m’appelle Julien. J’ai 36 ans. Ma génération n’a donc pas l’excuse du “on ne savait pas”. Ma génération savait que la cigarette est mauvaise pour la santé avant le “fumer tue”, ma génération avait des exemples de morts par tabagisme autour d’elle, et pourtant j’ai commencé à fumer à 20 ans.

 

Je n’ai pas commencé pour faire semblant, pour avoir l’air cool

J’ai commencé parce que 2-3 cigarettes en soirée, c’est sympa.

Sauf que, bien évidemment, cela s’est très rapidement transformé en 1 paquet par jour pendant 5 ans.

Et puis un an de break.

Et puis une cigarette. Juste une.

Un soir où j’étais suffisamment éméché pour me sentir invincible.

J’en reprenais pour 10 ans de plus …

 

On connait tous quelqu’un qui parvient à fumer une cigarette de temps en temps

Ce n’est pas mon cas, et si vous lisez ces quelques lignes, c’est qu’a priori ce n’est pas le vôtre non plus.

Et pourtant je m’y suis accroché à cet espoir : “allez, je ne fume qu’en soirée , 1 jour sur 2, juste 1 par jour …”

Cela n’a bien évidemment jamais fonctionné.

Si j’ai appris une chose lors de mes différentes tentatives d’arrêt, c’est qu’il n’y a que deux catégories de personnes face à la cigarette : les dépendants et les autres.

Et si, comme moi, vous êtes dépendant, arrêter signifie ne plus jamais en rallumer une.

Ou alors replonger, 1 mois, 1 an, 10 ans …

 

Renoncer à quelque chose n’est jamais facile

D’autant que c’est la première fois que je suis confronté à ce type de frustration : je pourrais me faire “plaisir” et pourtant je me l’interdis.

Donc, évidemment, il faut une motivation : la mienne était bassement financière. Économiser 10€ par jour de cigarettes, cela ferait rapidement une sacrée différence.

Ensuite, il faut de l’aide : les patchs m’apportaient la dose de nicotine que mon corps réclamait, ce qui réglait déjà le problème de la dépendance physique. Le combat contre la dépendance psychologique, c’était à moi de le mener. Mais au moins je savais que je n’avais pas l’excuse du manque : à moi d’être assez fort.

 

L’arrêt du tabac est une course de fond

Les premières semaines ne sont pas les plus enthousiasmantes, mais le manque et ses effets d’irritabilité ou de coup de mou ne dure pas si longtemps que cela.

La difficulté, c’est d’être persévérant : arrêter de fumer, c’est une course de fond.

Et de bien identifier les situations à risques : pour moi, ce n’est pas le stress du boulot, ni le fait d’avoir des fumeurs à côté de moi. En revanche, chaque soirée où il y aura de l’alcool, je dois et devrai faire attention.

Cela fait presque un an que j’ai arrêté de fumer, et ces soirées alcoolisées me semblent de moins en moins propices à une rechute ; ce n’est peut-être qu’une impression … la cigarette est une diablesse.

 


Vous aussi racontez-nous votre histoire ! Rendez-vous ici et dîtes-nous tout 🙂 Nous vous publierons dans « Témoignages »

 

Share Tweet Pin It +1

Vous aimeriez aussi

Article précedentQuand Cahuzac et Thévenoud se battaient contre le tabac.
Article suivant[Témoignage] J'avais tellement peur d'arrêter de fumer.

3 Commentaires

  1. Boukhaddada
    11 mois ago

    La cigarette s’allume avec du feu.L’eau seule peut l’eteindre.

    Répondre
  2. Alice
    1 année ago

    Michel nous a écrit : “8 jours sans clope. J’ai fumé pendant 34 ANS et les 5 dernières années, j’en étais à 2 paquets par jour. J’ai arrêté sans rien, d’une minute à l’autre. J’ai tout balancé : clopes, cendrier. C’EST DUR MAIS DUR !!!! MAIS JE TIENS BON !!!!!”

    Courage Michel !

    Les premiers jours sont les plus durs et le plus compliqué reste de prendre la décision ; ce que vous avez fait, bravo !

    Vous allez devoir trouver de nouveaux repères, ce sera sans doute perturbant mais tout se passera bien si vous êtes déterminé, patient et bienveillant avec vous-même.

    Nous avons 2 conseils pour vous :
    1/ Comme vous fumiez beaucoup et depuis longtemps, il y a fort à parier que votre corps était dépendant physiquement à la cigarette. Donc n’hésitez pas à utiliser des substituts nicotiniques (patchs, pastilles, gums, spray, inhaleur, cigarette électronique) si vous ressentez les effets du manque (anxiété, irritabilité, agitation, fringales, problèmes de concentration ou troubles du sommeil).
    2/ Notre 2e conseil est de bien comprendre les raisons pour lesquelles vous fumiez. Cela vous permettra d’éviter les pièges et de rechuter. Pour vous aider, vous pouvez faire le test qui se trouve sur notre article à cette adresse : ledeclicanticlope.com/profil-de-fumeur-test-dependance-comportementale-au-tabac/

    Tenez bon et vous deviendrez accro à la liberté 😃
    Belle journée,
    Alice

    Répondre
    1. fenoglio michel
      1 année ago

      bonsoir aujourd hui dimanche ..le test du bar pour l apero ..le bar TABAC…..en plus il fait bon ..en terrasse ..mais je tiens bon envie de fumer moi ?? oui TRES ENVIE !! mais voila ce qui est dit ..et dit plus de clope .. facile de fumer personne me l interdit …au contraire on m offre une clop meme ..c la que la force rentre en action ou la determination je c pas …encore une journee sans fumer et je me sent bien ..TRES BIEN ..DE MIEUX EN MIEUX …JE VAIS TENIR JE VAIS TENIR !!a bientot et courage a toutes et a tous

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.