Agnès Buzyn, la nouvelle ministre de la Santé a annoncé qu’elle voulait une augmentation “forte et rapide” du prix du tabac. Fin Juin 2017, elle a confirmé vouloir continuer à mettre en œuvre le Plan National de Réduction du Tabagisme initié par Marisol Touraine et passer le prix du paquet de cigarettes à 10 euros dès 2018.

Cette mesure, qui selon l’OMS est “la méthode la plus efficace pour endiguer la propagation de la consommation du tabac”, est violemment critiquée par les buralistes et le lobby du tabac. Ce qui est plutôt bon signe !

 

via GIPHY

 

 

L’augmentation du prix du tabac va décourager les jeunes à commencer à fumer

Rappelons que l’âge moyen d’entrée dans le tabagisme est 14 ans.

Avouez que s’il avait fallu sortir 10 euros à l’époque vous auriez hésité non ?! Et bien voilà. Eux aussi ils hésiteront.

L’industrie du tabac faisant tout pour les “attraper”, il faut taper fort. Et l’argument prix (couplé à plus de prévention) sera forcément plus efficace que de ne rien faire.

 

L’augmentation du prix du tabac va permettre aux personnes défavorisées d’arrêter de fumer

On entend souvent que la cigarette est le dernier plaisir des gens dans le besoin. Qu’augmenter le prix du tabac est une atteinte à leur “droit au bonheur”.

Sauf que les personnes “dans le besoin” ont autant envie d’arrêter de fumer que les autres. On le sait. Et l’augmentation du prix du tabac ne vise pas à les punir mais à les inciter à sauter le pas.

Ce qui est important, c’est, ensuite, de ne laisser personne sur le carreau pendant l’arrêt du tabac. Et le Plan National de Réduction de Tabagisme prévoit la mise en place d’actions pour aider les fumeurs. Tous les fumeurs.

  1. En augmentant la prise en charge des patchs par la sécurité sociale : elle est passée de 50 euros à 150 euros / an. Soit l’équivalent d’une consommation de 20 cigarettes par jour pendant 5 mois.
  2. En distribuant gratuitement des “amorces de traitements d’aide au sevrage” dans les structures recevant des populations en situation de précarité.
  3. En proposant les conseils de professionnels via Mois Sans Tabac notamment. On y était en 2016 et on voit comment les associations, les collectivités et les entreprises s’y préparent pour 2017. Le tabac est devenu une préoccupation nationale et on vous confirme qu’une part croissante des collectivités et des entreprises cherche à mener des actions pour aider les fumeurs. Rappelons que recevoir les conseils d’un professionnel pendant son arrêt, augmente la probabilité d’arrêt du tabac à 6 mois de 50%. C’est énorme.

 

L’augmentation des recettes fiscales va nourrir le fonds de prévention

En 2017, un fonds de prévention de 32 millions d’euros a été créé pour “renforcer les mesures” incitant à arrêter le tabac.

Les recettes fiscales provenant de ces paquets à 10 euros vont venir nourrir ce fonds et permettre le financement d’actions plus larges et plus efficaces.

 

Et vous qu’en pensez-vous ? Est-ce qu’un paquet à 10 euros vous incitera à arrêter de fumer ?